Comment le géospatial peut-il valoriser vos applications d’intelligence d’affaires ?

Ce que je souhaite démontrer par ce court billet, c’est que l’ajout du géospatial dans une application d’intelligence d’affaires est une plus-value certaine. La nature des données géographiques ainsi que leur fort potentiel font en sorte de mettre en valeur les données organisationnelles.

Bien qu’il s’agisse d’une caractéristique peut-être encore méconnue de vos données, la composante géospatiale est partout. Dans une adresse, un nom de lieu, un numéro de téléphone, un code postal, un nom de circonscription électorale, etc. Vous avez déjà dans votre système organisationnel la capacité de représenter vos données cartographiquement.

Pour démontrer la plus-value du géospatial dans l’analyse d’un phénomène, voici quelques arguments:

1- Facilite la visualisation des données
À partir du tableau ci-dessous contenant les valeurs de population des provinces canadiennes, faites l’exercice suivant :
Comparaison tableau-histogramme-carte

Démonstration de la plus-value de la composante géospatiale

En définitive, l’ajout de composantes visuelles supplémentaires facilite la représentation mentale. Sans la composante géospatiale, vous seriez tout de même en mesure de transposer mentalement les données du tableau précédent pour répondre à la question sur leurs positions relatives, car on traite ici que 13 provinces ou territoires.

Démonstration tableau-histogramme-carte- image2

Démonstration de la plus-value du géospatial sur une grande sélection d’objets

Comme nous n’avons pas tous les capacités de Rainman, nous pouvons exploiter la composante géospatiale des données pour les mettre en relation les unes par rapport aux autres et ainsi faciliter notre interprétation de la situation. La nature des données géospatiales met en valeur la position d’un phénomène, sa forme, son orientation, sa taille, les relations spatiales entre divers phénomènes, des corrélations ainsi que des distributions que la représentation graphique ou tabulaire ne peut illustrer.

De plus, l’ajout de la composante géospatiale dans une base de données permet de définir une référence commune aux données dans l’espace comme dans le temps.

2- Ajoute une référence commune dans l’espace :

Qu’arrive-t-il si vous souhaitez comparer des phénomènes dans l’espace, par exemple, des conditions de santé qui se manifestent sur des populations? Vous pouvez associer ces conditions de santé:

  • à des individus localisés par leur adresse
  • à des populations animales localisées par des coordonnées géographiques
  • à des régions où les populations sont observées (ex. limite administrative (ex. municipalité), limite politique (ex. division de recensement), limite physique (ex. réserve faunique)

Qu’arrive-t-il si vous souhaitez comparer ces conditions de santé avec des données démographiques des populations? Vous devez alors associer ces deux jeux de données à une référence commune. Celle-ci peut facilement être la position géographique du lieu où se produisent ou se décomptent les phénomènes.

3-Ajoute une référence commune dans le temps :

Qu’arrive-t-il si vous souhaitez comparer des phénomènes dans le temps ? Malheureusement, le nom de la rue ou le nom de la région sur lesquels vous avez référencé vos données, à une certaine époque, peuvent avoir changés. La comparaison devient alors difficile à effectuer. Une stratégie pour traverser le temps est de localiser le phénomène par ses coordonnées géographiques! Celles-ci sont invariables dans le temps et feront toujours référence au même lieu.

Maintenant pour en savoir plus sur les défis liés à l’intégration et la visualisation des données géospatiales, je vous propose de lire mon billet : 5 constats pour fait le
saut en géospatial décisionnel.

Écrit par
 
MJProulx

INTELLI3
3700 Blv Wilfrid-Hamel, suite 80