KPI ou la clé du succès en performance

Concepts géodécisionnels

Une mesure ou un indicateur ?

Indicateur de performance (KPI)

De plus en plus, les entreprises cherchent à monitorer la performance afin d’être compétitives sur le marché local tant qu’international.  Dans une démarche de planification stratégique globale, les entreprises font face aux défis de réduction des charges de travail et des coûts d’équipement tout en assurant la gestion d’une croissance et en diminuant les investissements afin de rester concurrentielles sur leur marché. Cette problématique touche tous types d’entreprises telles les ports maritimes, les sociétés ferroviaires, les grands transporteurs, etc.
Ces entreprises font face a une pression supplémentaire afin d’augmenter leur rentabilité et leur achalandage, de dépasser leurs objectifs de service à la clientèle et de démontrer le retour sur leurs investissements. Afin de mesurer cette performance, le recours aux indicateurs soit les KPI (Key Performance Indicator) est justifié.

Contrairement à une mesure qui est souvent une quantité absolue (ex. nb. d’accidents, kilomètres de route, population, nb. de décès), un indicateur de performance est exprimé en quantité relative afin de dégager une appréciation de ce résultat (ex. nb. d’accidents/km, nb. de décès/100 000 habitants). De plus, pour apprécier sa performance, l’indicateur fait souvent référence à une cible (moins de 10 accidents/km), à une fourchette (entre 10 mg et 25 mg) ou à une autre valeur (variance des accidents/km de l’année précédente).

L’apport du géospatial, maintenant.

La position de l’indicateur de performance dans le temps comme dans l’espace vient aider à apprécier la performance de celui-ci. Comme dans l’exemple précédent, la référence temporelle est souvent utilisée, car bien connue.  La référence spatiale est plus délicate à illustrer, mais beaucoup plus révélatrice. Par exemple, le nb. d’ accident/km peut être très variable sur des sections de routes, mais quel constat tireriez-vous du fait de constater que cet indicateur est plus élevé dans certaines configurations de route (ex. courbe prononcée). Seule la visualisation de l’indicateur sur la route elle-même permet d’apprécier la position relative de celui-ci par rapport à la géométrie de la route.

C’est la même chose pour le nombre de décès par capita (autrement dit un taux de décès). Le cas de la Ville de Shannon ne vous dit rien ? Les autorités sont très sensibles aux interprétations possibles de la comparaison des taux d’incidence de cancer de différentes régions. La cartographie met en évidence la proximité des populations avec leur environnement. Et lorsqu’il y a des corrélations spatiales possibles entre la position de l’environnement et des populations, on peut en tirer des conclusions. D’un autre coté, le même phénomène observé dans une région éloignée de l’environnement problématique est une indication très pertinente pour démentir les problèmes.

Mais je m’éloigne ici de mon sujet principal, ou j’ai fait le tour, c’est comme vous voulez. Cartographiquement, ça fait une belle conclusion.

Des exemples concrets d’indicateurs géospatiaux

Pour en savoir plus sur les indicateurs géospatiaux d’intérêt dans votre domaine d’affaires, lisez les GéoBillets:

Écrit par
 
MJProulx

INTELLI3
3700 Blv Wilfrid-Hamel, suite 80